blog

LOI PORTANT ORGANISATION ET PROMOTION DU VOLONTARIAT

EDITORIAL SUR LA LOI PORTANT ORGANISATION ET PROMOTION DU VOLONTARIAT AU CAMEROUN

         Le Parlement a délibéré et adopté, le Président de la République promulgue la Loi N° 2021/015 du 9 juillet 2021 portant organisation et promotion du volontariat au Cameroun. De nos jours, le volontariat constitue un important levier de développement d’une Nation, notamment par les valeurs de paix, de solidarité et de vivre ensemble qu’il exalte. Au fil des années, son importance s’en est allée grandissante dans le monde en général, et au Cameroun en particulier.

         Aussi, le volontariat est-il devenu un élément clé de la participation citoyenne à la mise en œuvre de certaines politiques publiques nationales et internationales au rang desquelles : la lutte contre la pauvreté, la promotion du développement durable, l’autonomisation des jeunes,  la promotion de la santé et de l’éducation,  la lutte contre les changements climatiques,  l’atténuation des risques de catastrophe,  la protection sociale,  l’action humanitaire, la consolidation de la paix et, tout particulièrement, la fin de l’exclusion sociale et des discriminations.

         Son Excellence le Président Paul Biya, dans son rôle de Républicain, de clairvoyant et d'Homme d'État, écoute à nouveau avec emphase et véhémence son peuple en tant que père de la nation, il exhorte tout le monde à contribuer à l'édification de la nation par le biais du volontariat. Il a toujours souhaité permettre au Cameroun d'accéder à l'émergence d'ici 2035, option soutenue par la Stratégie Nationale de Développement 2020-2030, où, tous les Camerounais sans distinction aucune devront se porter volontaires pour l'intérêt général, ne laissant ainsi personne de côté.

         La présente loi, qui comprend six (06) chapitres et trente-trois (33) articles, vise, non seulement à établir une distinction claire entre le volontariat et les notions voisines, mais également à internaliser les pratiques internationales éprouvées en la matière et à encadrer les activités y afférentes dans notre pays. Ce texte permet aussi de clarifier le champ d’application du volontariat, dont l’objectif est la mobilisation et la valorisation sociales des compétences, en vue de réaliser des travaux d’intérêt général dans les domaines relevant des secteurs public et privé, tout en définissant les conditions d’incompatibilités et de restrictions y afférentes. Il prévoit également des sanctions à l'encontre des entités d'accueil et des volontaires reconnus coupables de faute ou de duplicité. Ce projet de loi constitue une base essentielle pour développer et valoriser le volontariat en tant qu'élément clé de certaines politiques publiques, dont la réduction de la pauvreté.

         Le volontariat vise la mobilisation et la valorisation sociales des compétences et des ressources humaines pour la réalisation des travaux d’intérêt général et l’initiation à la gestion des affaires publiques dans les domaines d’activités relevant du secteur public et privé, en vue notamment du développement économique, social, sanitaire, éducatif, culturel, sportif, touristique et du développement durable.

         Selon MOUNOUNA FOUTSOU, Ministre de la Jeunesse et de l'Éducation Civique, la loi est un outil essentiel pour le développement économique surtout en période de décentralisation comme celle-ci. Le gouvernement du Cameroun a jugé judicieux de mettre en place une loi qui régit le volontariat et définit les relations entre les volontaires et les organisations.

         Avec cette loi, un environnement propice au développement, à la promotion et aux relations entre les parties prenantes est créé. Le volontariat, ne sera pas seulement limité aux structures publiques comme les organisations de service civique, mais il sera également exercé par des organisations privées, des sociétés civiles et des organisations internationales, a déclaré le Ministre.

         L'honorable Martin AKAT, a révélé que la période de volontariat équivaudra à un stage qui aidera les Camerounais à acquérir l'expérience de travail requise exigée par la plupart des entreprises lorsqu'il y a un poste à pourvoir. Le volontariat laisse place à l'intégration nationale car de nombreuses personnes envoyées travailler dans des régions qui ne sont pas les leurs n'auront d'autre choix que d'apprendre une autre culture. Grâce au volontariat, les jeunes camerounais peuvent avoir accès à des structures importantes qui peuvent leur offrir des emplois s'ils se distinguent, a-t-il mentionné. Par conséquent, il incombe à tous de s'accrocher au volontariat, pour la paix et un développement durable malgré la pandémie de COVID 19.

         La loi rassure, remet le citoyen en confiance, remet sur la sellette ses capacités et ambitions, à la fois pour lui-même, pour sa communauté et pour la Nation. Elle lui offre un statut qui le protège, l’accompagne et lui garantit son autonomie économique et sociale.